Comment améliorer la productivité d'une entreprise

Comment améliorer la productivité d’une entreprise

En préambule sur le comment améliorer la productivité d’une entreprise, nous allons définir la productivité et lister des axes de progression. Ensuite, nous verrons comment il est possible de jouer sur ces axes au niveau de l’entreprise et particulièrement son outil industriel.

La productivité ou le rendement

Si l’on considère une usine de transformation, nous avons:

  • en entrée de la matière première,
  • en sortie des produits finis,
  • et entre ces deux extrémités, un outil de production.

La productivité peut être perçue comme le ratio entre l’effort fourni et le produit fini. L’effort étant dans notre exemple la somme matière première et outil de production.

Cette notion de productivité est apparente au rendement.

Les axes d’amélioration

Si nous reprenons l’exemple ci-dessus; pour faire progresser l’entreprise il convient de jouer sur les données présentes. Soit:

  • diminuer la matière première,
  • diminuer l’effort de l’outil de production,
  • augmenter la quantité de produits finis.

Une valorisation en euros de ces données peut conduire à une redistribution plus ou moins globale des éléments mis en jeu.
Notre expérience a montré qu’une chaine de production à fort rendement pourrait se montrer peu rentable par rapport à une autre chaine qui aurait un rendement moindre mais qui aurait de meilleures « qualités » financières.

La gamme myScore est une suite d’outils qui permet d’élaborer les « qualités » financières associées à l’outil de production. Elle permet de dessiner le paysage global de l’outil industriel et va plus loin en donnant les leviers d’action à ceux qui en ont les moyens.

Améliorer la productivité d’une entreprise avec myScore

Nous avons vu que, pour faire progresser le rendement global de l’usine, il faut réduire l’effort de l’outil de production.

Cet effort peut être vu comme l’ensemble des composantes de ressources et de travail (hommes, énergie, machines, maintenance, pièces détachées, outils, temps, eau et autres matières) nécessaires au fonctionnement des chaînes de production et de la logistique.
Pour atteindre un objectif d’amélioration, il faut avant tout connaître ces données.

La première étape consiste donc à mesurer les données

L’usine 4.0 introduit les outils qui captent l’information directement à la source. Ces mesures peuvent être de natures différentes (intensité électrique, débit, comptage, …) et sont réalisées en continu.
Les données ainsi recueillies sont traitées et enrichies pour élaborer des ensembles exploitables.

La deuxième étape consiste à traiter les données

Les Comment améliorer la productivité d'une entreprisedonnées sont remontées sur des tableaux de bord soit directement sur le poste de travail soit au niveau décisionnaire. La suite myScore propose des tableaux pré-définis ainsi que la possibilité de définir des tableaux sur mesure.

Un opérateur peut voir en temps quasi réel la cadence de son poste et enrichir les données de ses remarques.
Par exemple, il peut qualifier un arrêt ou encore réaliser des opérations de contrôle au sein même du process.

Un décisionnaire pourra comparer le rendement de plusieurs chaînes de production ou observer des pertes / gains en temps quasi réel.

Ensuite les actions d’amélioration peuvent être prises, c’est la troisième étape

  • Par exemple, la consommation électrique d’une machine peut être comparée à la quantité de pièces produites. Cela permet d’envisager un ratio optimal.
  • Autre cas de figure: un niveau de stock pourra être corrélé à des coûts au mètre cube.
  • Ou encore le nombre d’arrêts et leurs durées qualifiés peuvent déclencher des actions de maintenance préventive.

Lorsque les données sont valorisées (via un lien avec le système d’information en place, par exemple), les tableaux sont exprimés en euros, langage qui parle à tous.

Conclusion

Tous les scénarii peuvent être envisagés. Il est alors important d’avoir défini au préalable un objectif et un plan d’action. Une mise en pratique par itération est conseillée afin de mener des actions concrètes rapidement, dans une démarche agile.

Atelog myScore propose des solutions d’amélioration de productivité pas à pas. Un accompagnement est dédié à chaque cas de figure pour une montée progressive dans le progrès de l’environnement industriel.

La suite matérielle et logicielle est légère, elle est conçue pour des industriels et s’adapte aussi bien à la production qu’à la logistique.

Le groupe Kolmi-Hopen a mis en service myScore

Le groupe KOLMI HOPEN a mis en service la solution d’ATELOG myScore sur son site de St Barthélémy d’Anjou.

La société Kolmi Hopen (Groupe Medicom) est premier fabricant européen de dispositifs médicaux et d’équipement de protection individuelle à usage unique depuis plus de 50 ans. Ils sont connus pour leur participation à l’approvisionnement de masques chirurgicaux et FFP2, si utiles ces temps-ci.!

IIoT Atelog myScore optimisation d'usine

L’IoT industriel

L’IoT industriel, la 4ème révolution industrielle ?

Il va sans dire que le numérique prend de plus en plus d’importance dans l’environnement industriel actuel. Après la première révolution industrielle concernant le charbon et les machines à vapeur, la deuxième avec l’électricité et du pétrole, puis la troisième à la fin du XXème siècle avec les technologies de communication et d’information, on parle aujourd’hui d’industrie 4.0. Cette industrie se caractérise par l’apparition des « smart industries », avec une nouvelle organisation des chaines de production qui s’adapte plus facilement et plus intelligemment.

 

Mais comment une production industrielle peut-elle devenir plus intelligente ?

Il faut tout d’abord comprendre ce que signifie l’acronyme que nous voyons aujourd’hui écrit un peu partout, non sans raisons.

L’Iot, ou « Internet des objets » désigne l’échange et la communication inter-objets grâce à Internet. Appliqué au domaine de la logistique (qui aura donc comme acronyme IIoT), on passe alors à une ère ou les postes de travail sont assez intelligents pour communiquer entre eux.

 

En quoi cela améliore la chaîne logistique ?

Concrètement, cet échange inter-machines va apporter une analyse et une compréhension de la chaîne logistique, qui permettra de relever les différents processus et les différentes étapes gérés par les machines, et ainsi de faire apparaître quels sont les points faibles ou les différentes erreurs rencontrés. Il sera alors possible d’optimiser la chaîne en résolvant ces problèmes, jusqu’à atteindre un process sans encombre.

 

Mais quelles en sont ses limites ?

Comme lors des précédentes révolutions, le travail a été simplifié par de nouvelles énergies et de nouvelles méthodes, c’est pourquoi la part humaine lors des processus de production s’en est vue amoindrie. Cela n’est pas forcément un mal puisqu’il s’agit la plupart du temps de tâches répétitives qui sont au final remplacées par d’autres méthodes plus modernes, les salariés sont alors généralement formés à d’autres tâches avec une responsabilité plus importante.

 

La solution IoT d’Atelog

Atelog propose un service d’IoT industriel vous permettant ainsi de simplifier vos opérations industrielles : ScoreConnect, qui vous permettra de suivre, piloter et optimiser vos lignes de production et vos postes de travail, de gérer la traçabilité des opérations et des flux, de déclencher des alertes de sécurité et bien d’autres fonctionnalités que vous pourrez retrouver sur cette page : MyScoreIoTConnect.

Pilotage de Flux Logistique Cordon Electronics commente

Pilotage de Flux Logistique : ergonomie et confort pour les utilisateurs.Dialogue permanent entre AlienorSmart Connect et SAP
Jacques Delamotte,Erp Manager chez Cordon Electronics commente Le progiciel Alienor 4.0 développé par Atelog

MPO pilote sa production de vinyles par IoT

MPO pilote sa production de vinyles par IoT

Les données collectées par GammeScore sont restituées automatiquement à travers le B.I. intégré à la solution GammeScore d’Atelog

MPO fabrique des disques vinyles sur d’anciennes presses. Pour contrôler la performance de production de ses machines, MPO a choisi la solution IoT d’Atelog: GammeScore

Mise en place d’un Module De Performance chez L’Abeille

Le module de performance chez l’Abeille pourquoi ?

M Christophe Létoublon Directeur Adjoint nous explique :Optimisation de production
La problématique de l’entreprise

Avec l’objectif d’améliorer la visibilité au sein de l’usine et la communication entre les services, l’Abeille a souhaité s’équiper d’un outil de suivi de la performance dans l’usine permettant

Candia améliore la performance industrielle grâce au capteur intelligent !

PROCESS ALIMENTAIRE PARLE DE NOUS :

Toujours soucieuse d’améliorer sa performance industrielle Candia a cherché la meilleure solution d’acquisition de données et d’analyse des indicateurs.

Elle a ainsi opté pour la solution GammeScore et le capteur intelligent qu’elle a testé sur le site d’Awoingt pendant un an.

De ce fait GammeScore détecte automatiquement les arrêts des lignes de conditionnement et calcule en temps réel des indicateurs de performance industrielle personnalisés.

La simplicité d’utilisation a séduit Candia et comme on pouvait s’y attendre depuis janvier 2018 le site de Campbon aussi est passé à la capture automatique grâce à GammeScore et à ce petit boitier : il s’agit du capteur intelligent 

 

Atelog optimisation de production

Atelog Connecte L’industrie par le Courrier de l’Ouest

À Saint-Barthélemy, l’éditeur de logiciels Atelog barde les usines de capteurs pour mieux détecter les pannes et rendre les salariés plus performants.

Le courrier de l’ouest a interviewé Mr Florent Joliveau dirigeant de la société Francepal, qui emploie 60 personnes à Durtal sur la solution GammeScore.

Dans le vacarme assourdissant des scieuses, les opérateurs de Francepal à Durtal impriment le rythme. D’ici la fin de la journée, plus de 4 000 palettes en bois sortiront des deux lignes de production automatisées qu’ils alimentent en continu, ou presque. Au-dessus de leurs têtes, un écran mesure leur performance à chaque seconde………..

Découvrir l’article

Atelog optimisation de production

Apprendre l’informatique industrielle

Nous souhaitons remercier nos apprentis et ex apprentis pour leurs contributions écrites.

Apprendre l’informatique industrielle:

A travers leurs témoignages nous visons à diffuser et partager leurs expériences et leurs histoires au sein de notre entreprise avec des milliers d’autres personnes qui désirent entreprendre le même chemin afin de leur donner l’envie de vivre à leur tour la même expérience. Une expérience formatrice avant tout, mais humaine dans une entreprise comme nous a fait part un de nos anciens apprentis » où tout est fait pour que le nouveau venu puisse s’intégrer au mieux dans l’équipe, pour qu’il ne manque de rien pour s’épanouir dans son travail.  »

Lire l’article complet

Atelog optimisation de production

Informatique industrielle l’apprentissage chez Atelog

Un petit paragraphe… « par Gabriel Queste, Ingénieur Logiciel »

En premier lieu j’ai intégré Atelog en alternance lors de mon entrée à l’Ecole des Mines de Nantes en Formation Ingénierie Logicielle, en même temps qu’un autre apprenti. Il faut souligner que lors de notre arrivée, nous avons rapidement été intégrés à l’équipe de développement d’ informatique industrielle et avons pu très vite apporter notre pierre à l’édifice dans le cadre de nos premières fonctionnalités.

Il faut reconnaître que l’accompagnement et la proximité immédiate avec le reste de l’équipe de développement nous a permis de monter rapidement en compétence sur les outils et produits d’Atelog, jusqu’à ce que nous soyons capables de prendre en main des pans de fonctionnalité plus importants.

De toute évidence le point fort d’Atelog est que l’entreprise nous a permis de développer certaines affinités, différentes pour chaque apprenti, tout au long des trois ans.

Nous sommes devenus responsables de pans de produits que nous avons fait fructifier, ayant un impact direct sur la direction des produits.

En fait nos propositions étaient chacune écoutées, discutées, et nous avons en conséquence pu les mettre en avant.

Au terme de l’analyse, on nous a fait confiance sur des éléments sensibles qui ont permis l’enrichissement de la solution, mais également nous ont fait faire des bonds dans nos compétences

 

Le récit de l’apprentissage chez Atelog « par: Bastien Hautcoeur, Ingénieur Logiciel « 

Atelog est très orientée vers l’apprentissage, et maîtrise bien son sujet. Que ce soit pour l’arrivée d’un collaborateur « classique » ou d’un apprenti, l’accueil est très similaire : tout est fait pour que le nouveau venu puisse s’intégrer au mieux dans l’équipe, pour qu’il ne manque de rien pour s’épanouir dans son travail.

L’intégration dans l’équipe, et plus globalement dans la société, se fait en toute simplicité pendant les pauses communes à tous les services.

Pendant ces pauses on peut facilement discuter avec tout le monde de tous les sujets, qu’ils aient un lien avec le travail ou non. On apprend très vite à connaître l’ensemble des collaborateurs et à se sentir impliqué dans la société.

La nuance concernant l’apprentissage va se faire dans un premier temps sur les formations, dispensées généralement par le maître d’apprentissage.

Le fait que je n’avais que peu d’expérience à mon arrivée, comme la plupart des apprentis, a été pris en compte et tout a été mis en œuvre pour que je ne me retrouve pas complètement perdu.

La taille modeste de l’équipe de développement a permis à chacun de ses membres d’avoir la responsabilité d’un apprentis au fil des ans, ce qui leur a tous permis d’améliorer leurs compétences concernant l’accompagnement des apprentis tout au long de leur parcours.

Même en cas d’indisponibilité du maître d’apprentissage officiel, il est très facile de trouver un interlocuteur capable de répondre aux questionnements de l’apprenti.

Concernant le travail en lui-même, une grande autonomie est donnée aux apprentis après cette première période de formation.

La confiance est le maître-mot!

Les apprentis sont écoutés quand ils proposent des solutions, ayant l’avantage de donner un point de vue extérieur basé sur l’expérience que ces derniers retirent de leurs périodes de cours.

Il n’est pas question de ne confier que des tâches ingrates dont personne ne veut ou de reléguer les apprentis dans un placard.

J’ai pour ma part été responsable du développement et du maintien d’une application complète, en allant de l’analyse du besoin en contact direct de clients jusqu’à l’installation et la formation des utilisateurs sur site.

Je ne peux que recommander Atelog comme entreprise d’accueil pour un apprentissage tant elle m’a permis d’apprendre et de me développer tout au long de ma formation.

Un petit mot « par Clément Pierre, Ingénieur Logiciel »

Commençons par mon apprentissage : octobre 2015 à septembre 2017.

Dès la phase d’embauche pour l’apprentissage, l’objectif d’Atelog est de mettre à l’aise les candidats de manière qu’ils expriment leurs potentiels.

Cela permet de voir si le candidat pourrait s’épanouir au sein de l’entreprise, aussi bien au niveau professionnel qu’au niveau personnel.

Dès les premiers jours en entreprise, j’ai pu constater un bon accueil.

Les apprentis sont accueillis comme des nouveaux collègues et il n’y a pas de différence entre les apprentis et avec le reste de l’équipe.

Les premières semaines passent vite entre les premières missions et les formations aux outils d’Atelog. Toutes les missions, même les premières, qui m’ont été confiées avaient une importance pour Atelog.

Elles correspondaient à une demande interne ou externe.

Tous mes travaux, depuis ceux des premières semaines d’apprentissage, sont utilisés soit par Atelog soit par ses clients toujours dans la cadre de l’informatique industrielle. Au fur et à mesure de mon apprentissage, mes missions sont devenues, certes plus complexes, mais surtout plus importantes pour Atelog.

Atelog suivait aussi ma formation académique en assurant que je puisse appliquer ce que j’apprenais en cours ainsi qu’en permettant de réaliser les travaux demandés par l’école au sein de l’entreprise.

Lorsque mon contrat d’apprentissage arrivait à sa fin, Atelog m’a proposé un CDI. J’ai accepté la proposition du fait que j’avais trouvé une place qui me convient dans une entreprise.

En somme, j’apprécie autant les missions qui me sont confiées que l’ambiance de l’entreprise.

 

Témoignage « par Corentin RICHARD, Apprenti Ingénieur « 

Tout d’abord, j’ai intégré l’entreprise à l’occasion d’un stage de fin d’études et ce fut ma première expérience dans le monde professionnel.

Atelog a su me faire connaître le monde de l’informatique industrielle en douceur, de plus j’y ai découvert une équipe chaleureuse où règne une ambiance d’entraide et de sérénité.

Pour conclure, je suis aujourd’hui en fin de formation d’ingénieur en alternance.

Atelog a l’habitude de prendre en charge des apprentis et cela se ressent ! il est vrai que la montée en compétences s’est faite de manière progressive et agréable.

Pour toutes ces raisons Atelog c’est pour sûr une entreprise où il fait bon vivre.

Témoignage « par Marc Bordage, Apprenti Ingénieur ESEO « 

Pour commencer, il faut dire qu’intégrer une nouvelle entreprise est toujours une étape intimidante. C’est d’autant plus vrai avec un statut d’apprenti, où l’on est présent que la moitié du temps.

Cependant, lorsque j’ai rejoint Atelog, mes nouveaux collègues étaient pleinement conscients de cet aspect, et ont tout mis en œuvre afin de faciliter le processus.

Au fil du temps des projets de plus en plus ambitieux et intéressants m’ont été confiés, résultant d’un bon compromis entre mes attentes personnelles et les besoins de l’entreprise.

Ce dernier point est l’attrait majeur d’Atelog, où l’humain est la préoccupation centrale.

Par ailleurs l’ambiance familiale et décontractée permet de passer des moments conviviaux, avec des collègues à l’écoute et donc largement favorable à l’épanouissement de chacun.